Oh, la barbe... ! Comment Robert Redecker prolonge sa dénonciation d’un Islam violent.

Publié le par Mandrin

La dénonciation d’un Islam violent par Robert Redeker ne s’est pas arrêtée au moment où il a décidé de vivre « caché ». Bien au contraire, à mon sens. Resituons l’affaire (Résumé de Libé) :

 « Dans une tribune parue le 19 septembre, Robert Redeker qualifiait le Coran de «livre d'inouïe violence» et le prophète Mahomet de «chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame». Une «fatwa» électronique signée d'un pseudonyme, Omar al-Battar, avait été postée le surlendemain sur un forum proche d'Al-Qaeda, accessible uniquement par un code d'accès. »

 Je serais malheureusement bien étonné qu’il soit le seul philosophe autoproclamé à recevoir de telles menaces. L’affaire a néanmoins pris un tour en un sens exemplaire, avec pour mot d’ordre : « l’intimidation de la liberté d’expression ne passera pas. » L’affaire a été médiatisée sous l’angle de la menace qui pesait sur le philosophe. La théâtralisation d’un Islam dangereux passait dès lors par l’image symbolique d’un citoyen obligé de vivre caché et sous protection. Aujourd’hui, alors même que le « menaçant » a été interpellé, Robert Redeker fait savoir qu’il va quand même rester caché un certain temps, et qu’il a été très secoué par cette affaire. Les tenants de l’affrontement religieux vont connaître des jours fastes. Le jeune intégriste marocain a sans doute amené plus d’eau au moulin de Robert Redeker qu’il n’en attendait.

   Il n’est pas question ici de débattre des propos de Robert Redeker dans sa tribune du Figaro. Le mieux serait de commencer par lire l’Islam, autrement nous sommes contraint d’accepter béatement les discours sur l’Islam que nous recevons. Les propos stigmatisant ce texte accompagnent la montée des extrémismes. Pourtant, les textes religieux ne valent que par l’interprétation qu’on en véhicule ; la religion est affaire de théologien et non de bibliothécaires. Diffuser une interprétation pacifique de l’Islam serait à l’heure actuelle autrement plus utile. En « Occident », les philosophes sont désormais les théologiens autoproclamés de toutes les religions. Notre ignorance des textes monothéistes nous livrent à leur discours. Prudence alors à l’égard d’un Tariq Ramadan comme d’un Robert Redeker.

 

Les plus hardis censeurs à barbe déroutent par leurs : « Je suis pour la liberté d’expression, mais il ne faut pas que tel ou tel propos soit tenu ; par conséquent, il faut limiter la portée de la liberté d’expression. » Rappelons seulement que dans notre état de droit, liberté d’expression ne rime pas pour autant avec impunité : il existe bien une sanction en cas d’abus (appels à la violence, injures, diffamation, etc.) ; celle-ci s’exerce seulement a posteriori dans le cadre du tribunal. C’est bien ce qu’il faut protéger aujourd’hui : l’absence de censure a priori.

 Pour conclure, voici ce que j’ai pu trouver dans des commentaires sur le site de l’émission Riposte :

 

  « arètez de dire qu'on prophite de la france pour l'argent :mon père à toujours payer ses impots et ses cotisations il n'a jamais touché le chomage , on est pas la pour prophiter de l'argent de l'état »

 Par la barbe du prophite ! cette jeune française d’origine marocaine était bien enflammée ! Il semble que la bonne parole du profète Mahomet transpire bien au-delà de son esprit critique, jusque dans son orthographe !

Publié dans Détente

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gérard 03/03/2009 19:13

Bonjour,J'ai eu l'occasion d'une correspondance avec Robert Redecker.C'est ainsi que j'ai pu lui dire ma solidarité citoyenne, et aussi qu'il caricaturait le Prophète Mohammed.Je me sentais pour plein de raisons autorisé, l'une est que j'ai vécu huit années au mileu des prosélythe du Maroc, l'autre est mon livre mUSUMLMANERIES du pacte de loyauté au risque de la parole (en cours d'édition) J'évoque que la mystification de l'Islam peut conduire aussi à la Musulmanophobie ce qui n'équivaut pas à l'Islamophobie. En efft ceux qui se prétendent "musulmans" ne le sont que très rarement. Le magma est surtout une histoire d'ignorance sur fond de pacte de loyuaté collectif, quasiment identitaire.Robert Redecker semblait convenir de mon propos, ce qui ramène le sien dans le figaro, à une chronique non éclairée.